LIRE L'ARTICLE


Démultiplication numérique d’un souffle :
la dimension pittoresque du corps

Alexandre Saint-Jevin

___________________________________________________________________


Résumé
: Notre objet sera, à partir des problématiques de l’Ut pictura poesis, de montrer dans un premier temps un chiasme existant dans les arts plastiques entre le paysage anthropomorphe et l’homme-paysage. En révélant la faille du corps propre, qui est toujours ce qui chez le spectateur, de par les médiums même des arts plastiques, est laissé sous silence. Par le Field Recordings, comme praxis de la quotidienneté, mettre du son dans les arts plastiques, la musique hors d’elle-même, révèle cette dimension du corps-propre comme un autre type de paysage sonore. Et dans un deuxième temps, voir que cette particularité du paysage, comme affirmation du corps jouissant, est la part visuelle face à l’émergence du regard. Ici, c’est donc la question de la quotidienneté même en tant que ce rythme nous est imposé par un autre nous transcendant au plus profond Reposant sur ce traumatisme qu’est l’envahissement du corps par cet autre qu’est le souffle à la naissance.

Disciplines : Psychanalyse, Arts plastiques, Phénoménologie

Mots-clés : paysage, Field Recordings, théorie des cordes, corps-jouissant, corps-propre, regard, vision, surface

Plan :
- De Poussin au Field Recordings
- De l’Homme-paysage au paysage sonore
- Le son fait advenir le corps dans sa dimension pittoresque
- Le corps agglomérat
- Le corps prêt à être image ou prêt à être joui
- Deus ex machina
- [Ouverture du corps vers une/sa pièce sonore]

___________________________________________________________________


Pour citer cet article
:
Alexandre Saint-Jevin, « Démultiplication numérique d’un souffle : la dimension pittoresque du corps », Réel-Virtuel, n°2, « Virtualité et quotidienneté », mars 2011.
http://reelvirtuel.univ-paris1.fr/index.php?/revue-en-ligne/a-saint-jevin2/2/

___________________________________________________________________


Présentation de l’auteur
: Alexandre Saint-Jevin est moniteur de théorie en Arts plastiques et allocataire de recherche pour sa thèse en Psychanalyse sous la direction de Gérard Wajcman. Par ses différentes formations, il croise psychanalyse, esthétique, linguistique et cultural studies. Il étudie plus particulièrement la théorie de la machine dans l’œuvre de Lacan afin de faire émerger un concept spécifique du virtuel. Cet intérêt vient de ses études en Traitement Automatique des Langues ainsi que de sa pratique artistique de Field Recordings et de gravure sur plexiglas, qui questionne la dimension incorporelle du corps et l’invisible comme condition de visibilité. De plus, il poursuit des recherches ethnolinguistiques sur le perspectivisme de la culture Guarani.

___________________________________________________________________


LIRE L'ARTICLE